Cléa Arnulf

Née en 1991 / born in 1991

Cléa Arnulf

Cléa Arnulf, scénographe et dessinatrice, Cléa Arnulf se forme à l’ESAIG Estienne puis à l’ENSAD en scénographie sous l’oeil bienveillant d’Elise Capdenat, Annabel Vergne ou encore Raymond Sarti. En 2015, elle conçoit et réalise l’installation immersive Trop penser me font amours à partir des Fragments d’un discours amoureux de Roland Barthes dans un laboratoire photo.
Elle suit les workshops de Philippe Quesne et Marguerite Bordat à Nanterre-Amandiers, de Grand Magasin au T2G et met en scène diverses formes courtes. Elle travaille à Buenos Aires, à L’Institut del Teatre de Barcelone, à la BnF pour son installation “Le Grand Pari”, et auprès de la Cie. 26ooo Couverts à Dijon, au Cnsad. Elle travaille à la construction de décors sur plusieurs court-métrages et co-fonde l’atelier Mama Goose à Montreuil.
En 2017, elle collabore avec la Cie. L’Homme probable pour la création
Pythie, et à la Maison des Métallos pour le festival La Grande Echelle avec l’atelier Otto, puis un temps sur la création Isadora comme elle est belle et comme elle se promène avec la Cie. L’éventuel hérisson bleu. En 2018, elle conçoit pour la Cie. In Carne l’installation immersive Le Théâtre Magique et travaille en décoration d’intérieur pour des particuliers. Elle enseigne ponctuellement depuis 2015 aux ateliers du Carrousel.

Elle poursuit en parallèle une activité de dessinatrice et prépare un court-métrage expérimental sur la science des rêves. Son travail est pluridisciplinaire ; elle aime opérer des détournement de l’imagerie populaire à travers divers médiums pour aborder des sujets tels que le sentiment amoureux, l’acte de création ou encore le souvenir.