Théâtre Magique / Le Loup des Steppes

Installation immersive et festive

Le Théâtre magique est une installation immersive modulable faisant partie du projet « le Loup des Steppes », constitué également d’une pièce de théâtre. Le projet qui l’anime est de mêler théâtre et évènementiel : à ce titre, il est monté à l’occasion de divers festivals et soirées (Château Perché, Bottom, Bal du Loup…).
Il est produit par la Cie. In Carne et mis en scène par Mélina Despretz.

Cet espace est destiné à plonger le spectateur dans un univers théâtral inspiré du dernier chapitre du Loup des Steppes de Herman Hesse. Ce sont des limbes habitées par des personnages fantômatiques qui entrent en interaction avec le public en leur proposant des performances poétiques dans une série de salles dans lesquelles il évolue librement. 

Le projet scénographique s’axe autour de l’espace de carrefour des différentes salles, appelé salle d’attente. Celle-ci prend la forme d’un prisme à plan polygonal, à l’image d’une boîte à musique géante ou d’un kiosque. Suivant le contexte, chacun de ses côtés est potentiellement une entrée vers une salle, avec ou sans couloir. On y entre via un sas plongé dans l’obscurité où se déroule une performance de conditionnement du spectateur et où il reçoit un masque. 

L’univers plastique du Théâtre Magique joue avec le regard et propose un monde désaturé, comme une vieille photographie. L’ensemble de l’espace est plongé dans une lumière rouge en basse luminosité, qui rappelle à la fois celle d’un laboratoire photo et celle des peep-show et autres quartiers rouges. L’oeil confronté aux basses luminosités voit alors un environnement qui a ‘du grain’. 

Des effets de transparence, de translucidité et des jeux de miroir appuient ce propos, comme s’il l’on était aussi dans le lieu où se fabrique l’image. Le polygone fait écho à des objets tels que le zootrope, un des jouets optiques que le dix-neuvième siècle développe comme prémisse du cinéma, attraction foraine à ses origines. Jouet géant, baraque foraine, ses reflets rappellent les palais des glaces et les miroirs déformants. C’est aussi un espace circulaire qui évoque le mouvement infini d’une horloge : dans cette hétérotopie, le temps passe autrement. 

Les accessoires sont des objets agrandis en papier mâché, dont les arrêtes sont dessinées à la main. Il s’agit de laisser supposer que les habitants des lieux les auraient eux-même fabriqués à partir de souvenirs. Leur taille apporte également un jeu burlesque en cohérence avec les intentions de mise en scène.

Création de la forme courte au festival Château Perché en août 2018

Création et construction de la scénographie, de la signalétique et des accessoires

Avec le concours précieuse d’Anna Hachani, Anna Vergnas et Gérald Lubbin

Instagram du projet Loup des Steppes

  • Mise en scène

    Mélina Despretz

  • Compagnie

    In Carne

  • Date

    2018